30 juillet 2021
  • Home
  • People
  • Ameth Thiou et Eumeudy Badiane risquent six mois ferme

Ameth Thiou et Eumeudy Badiane risquent six mois ferme

By on 1 juillet 2021 0 47 Views

Poursuivis pour actes impudiques et outrage public aux bonnes mœurs, Mouhamed Samb alias Ameth Thiou et Mouhamed Badiane, plus connu sous le sobriquet d’Eumeudy Badiane, ont comparu hier au tribunal de Dakar. Les deux danseurs n’ont pas reconnu les faits, mais ont demandé pardon au peuple sénégalais. Car, selon eux, leur acte — ils s’étaient donné un baiser sur scène — était loin d’être intentionnel. Le procureur a requis contre eux une peine de deux ans de prison dont six mois ferme.

Tout de blanc vêtu, Ameth Thiou, et Eumeudy Badiane, habillé en bleu, ont nié les faits pour lesquels ils sont poursuivis. Mouhamed Samb a expliqué qu’il a commencé la danse depuis 2003. « Ce qui s’est passé l’autre jour est une danse comique. Il n’a jamais été dans mon intention de heurter qui que ce soit. C’était juste de la comédie, une remémoration. Je ne savais pas que cela allait avoir cette ampleur. Je demande pardon. Notre intention n’était pas de commettre un acte contre nature … », a-t-il d’emblée soutenu à la barre.

Le juge de lui faire remarquer : « Pourtant lors de l’enquête préliminaire, vous aviez reconnu vous être effectivement embrassés (…) Vous pouvez faire plaisir aux fans sans pour autant déborder et enfreindre les règles sociales ».

Pour toute réponse, le danseur soutient que lui et son compère ont effectué les mêmes pas de danse devant plusieurs personnalités dont des présidents de la République. Même son de cloche pour son co-prévenu, Eumeudy Badiane qui lui aussi a invoqué une danse « comique », effectuée sur beaucoup de scènes du vivant de Thione Seck. « Ce n’était qu’une simulation. Je regrette et nous demandons pardon », a-t-il réitéré.

Le juge de rétorquer : « Etes-vous passés à l’acte ? Est-ce que vous vous êtes embrassés ? ». « On ne s’est jamais embrassé sur scène. Ce n’était qu’une simulation (…) on n’a pas répété cette danse avant le concert. C’était juste un spectacle. On l’a juste improvisé » a répondu Eumeudy Badiane d’un air désolé.

A en croire le procureur, les faits sont très graves. « Les images ont fait le tour du monde. Ils se sont embrassés à la fin de la danse. J’ai vu hier sur le net qu’il y avait des milliers de vues pour un public jeune. En plus, cela intervient dans un contexte particulier où on agite le problème de l’homosexualité (…) Ils sont poursuivis pour actes impudiques et outrage publique aux bonnes mœurs. Je rappelle que nous sommes au Sénégal, un pays qui est composé à 99 % de croyants. Et qui peut se targuer d’hommes de valeurs. Il faut rappeler à ces prévenus que nous sommes chez Khadimou Rassoul, Cheikh Ibrahima Niass, Oumar Foutiyou Tall … et où le clergé entretient des valeurs. Ce sont ces hommes qui façonnent ce pays. C’est pourquoi cette scène a été à l’origine d’un scandale. Un baiser entre deux hommes n’est pas dans nos réalités. Ce n’est pas encore entré dans nos réalités. On peut dire sans risque de se tromper que cette scène, qui a constitué l’un des moments forts, beaucoup de sites l’ont capturée et publiée… Lors de cette scène, il y a eu un baiser et c’est un acte grave qu’ils ont posé intentionnellement parce qu’ils se sont pris dans les bras de l’un et l’autre et ont dansé pendant quelques moments avant de passer à l’acte. C’est un acte gravissime qui porte atteinte à l’honneur de ce pays. Et sur cette terre bénite, nous n’entendons pas accepter de tels faits. Je requiers qu’il vous plaise de les condamner à 2 ans dont 6 mois ferme » a plaidé le maître des poursuites.

Heureusement qu’il n’a pas requis la peine de mort tant qu’il y était ! Selon Me Abdoulaye Tall de la défense, ses clients ne font pas l’apologie de l’homosexualité (il s’est empressé de retirer le mot suite aux injonctions du procureur qui lui a signifié n’avoir jamais tenu de tels propos dans son réquisitoire). « Si on écarte cette forte dose d’exagération, on constate qu’ils ne méritaient même pas le mandat de dépôt. Ce qu’ils ont fait, c’était juste pour faire rire. C’est un dossier qui a été outrageusement exagéré et il faut le ramener à ses justes proportions. Je sollicite la relaxe au bénéfice du doute » a plaidé Me Tall.

Poursuivant dans le même sillage, Me Abdou Dialy Kane a précisé que le Ministère public est dans son rôle d’avocat de la société. « Je veux lui demander où est-ce qu’il était lorsque Gris Bordeaux embrassait Bombardier ? Les images sont là disponibles sur le net. Pourquoi ces faits qui ont valu à nos clients cette comparution constituent-ils un tollé ? Nous sommes dans un pays paradoxal. Ma conviction est que c’est un geste déplacé et inutile surtout dans un contexte où plusieurs citoyens sont indexés de manière négative. Ce geste a été fait dans une hystérie collective. Ces deux prévenus ne constituent pas un danger pour la société et personne ne peut soutenir qu’ils pervertissent la jeunesse », a martelé Me Kane.

Pour finir, les avocats de la défense ont sollicité la relaxe pour leurs clients. L’affaire a été mise en délibéré pour le 06 juillet prochain, raconte Le Témoin qui rapporte les minutes de l’audience.

Partager sur :
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *