30 juillet 2021

HIZBUT-TARQIYYAH

By on 22 janvier 2021 0 52 Views

HISTORIQUE
· DECEMBRE 1975 :
Naissance du Dahira des étudiants mourides au sein du campus de l’université de Dakar.

Jusqu’en 1981, l’entité a traversé une phase qui s’assimile à un phénomène de civilisation. Le terme phénomène se justifie ici par l’aspect événementiel et circonstanciel des activités du dahira.

· JANVIER 1981  :
Création du siège et centre culturel “Daara”
D’un phénomène de civilisation , c’était l’aboutissement à une oeuvre de civilisation.
L’aboutissement à la création de la Daara au seuil de l’année 1981 était opportun , car après 5 années passées ensemble dans une somme de manifestation d’existence collective, il fallait objectivement les concrétiser dans des institutions et des productions , soit dans une véritable oeuvre de civilisation .
La création de la Daara en 1981 venait donc étancher un désir ardent de retrouver notre “être Culturel” véritable.
C’est ainsi que la Daara fut implantée à la Sicap Rue 10 (Dakar). Un centre indépendant de contraintes universitaires, cadre qui était devenu inadapté pour garantir l’épanouissement culturel et religieux des membres .
Ce centre pouvait désormais accueillir tout condisciple mouride partageant avec nous les même motivations, en plus des étudiants.
Dorénavant, les activités du Dahira devenaient encore plus diversifiés et d’une richesse qui reflétait de plus en plus l’héritage et le patrimoine Culturel et religieux de l’Islam réhabilité par le Mouridisme .
1. Formation Islamique
2. Séance de lecture du Saint Coran
3. Prestation du Conservatoire en Chants religieux sur les œuvres du Cheikh
4. Travaux de recherche
5. Animation Culturelle
6. Constitution d’une Bibliothèque
7. Exposition sur les Valeurs Culturelles de Base du Mouridisme
8. Activités de traduction
9. Vulgarisation et publication
10. Motivation plus accrue dans la préparation du Grand Magal
11. Une plus grande mobilisation et une fréquence plus rapprochée des Ziaara effectuées auprès du Khalif
12. Travaux sur recommandation du Khalif ( ex : Pavillon hexagone à l’intérieur de Aïnou Rahmati)

· 1989 :
Cette année constitue également un point de repère historique de la Daara du fait qu’elle marque le déclenchement d’un processus d’extension de ses activités dans le territoire national.

C’est l’année durant laquelle la Daara de Rue 10, du fait de sa faible capacité d’accueil par rapport au nombre important des membres et la dimension des activités, fut transférée à la Sicap Amitié 3.
Ce changement de cadre marquait un bon qualitatif et une confirmation des motivations premières dans les ambitions de faire du siège un cadre adapté répondant toujours aux critères les plus concurrentiels.

C’est aussi l’année durant laquelle a démarré l’implantation des cellules à l’intérieur du pays.

Cette expansion était un aboutissement logique qui découlait d’un vécu intense des valeurs culturelles de base du Mouridisme au sein de la Daara. En effet les membres qui fréquentaient l’institution étaient devenus des inconditionnels par rapport à cette nourriture spirituelle dont ils bénéficiaient émanant des enseignements du Cheikh à tel point que, une fois affectés dans d’autres localités, ils ne pouvaient se passer de solliciter l’implantation d’une cellule pour pérenniser leurs acquis culturels et civilisationnels.

C’était aussi une opportunité pour garantir la transmission d’un patrimoine glorieux vers d’autres horizons et surtout, d’une génération à une autre.

Entre 1990, 1991 et 1992 , plusieurs cellules ont vu le jour telles que Fatick, Niakhar, Kaolack, Louga, Tambacounda, Ziguinchor, Touba et un peu plus tard, toutes les régions du Sénégal seront bouclées.

Par la suite, cette notion de Daara étendue sera exportée à l’extérieur du Sénégal avec l’implantation de sièges en Europe, en Afrique et aux Etats-Unis.

1992 :
Cette année est une étape décisive dans l’historique et l’évolution de la Daara, du fait d’abord qu’elle est marquée par le bénéfice providentiel obtenu de la part de l’honorable Khalif Serigne Saliou Mbacké qui, à l’occasion de la Ziarra du 19 Janvier 1992, concéda à l’organisation la dénomination de HIZBUT-TARQIYYAH, ou “la faction des gens dont l’ascension spirituelle auprès de DIEU se fait par la Grâce et directement sous les auspices de leur maître, le Serviteur du Prophète Khadimou Rassoul.”

C’est également au cours de cette même année que démarrèrent les travaux de construction du siège et complexe culturel de l’institution à Touba qui abrite dans ses locaux la Direction Générale de Hizbut-Tarqiyyah.

Présentation du Complexe Culturel

1995 : Implantation de la Direction Générale de HIZBUT-TARQIYYAH à TOUBA

Avec l’implantation des différentes cellules, ainsi que la croissance rapide et l’extension des activités, il s’avérait nécessaire de mettre en place une superstructure pour assurer la supervision, de même que la coordination et le suivi correct des activités.

Ainsi est né en 1995 la Direction Générale de Hizbut-Tarqiyyah avec à sa tête un Responsable Moral assisté d’un Secrétariat Permanent et des Divisions qui lui sont rattachées spécialisées selon les domaines d’activités :
- administratif
- culturel
- financier
- social
- technique

II – ACTIVITES :

1- Éducation, Enseignement et Formation Religieuse :
La Daara est avant tout un cadre qui permet à ceux qui le fréquentent de bénéficier d’un enseignement religieux englobant tous les domaines des connaissances Islamiques permettant au croyant d’adorer convenablement son Seigneur.

Cet enseignement se fait sur la base d’un programme adapté aux différentes catégories de membres fréquentant la Daara ( hommes, femmes, enfants, etc.)

Cet enseignement concilié à une éducation aux valeurs culturelles de base de l’Islam et un travail permanent au service de Borom TOUBA dans sa mission pour le Meilleur des Envoyés (Paix et Salut sur Lui) jouent un rôle déterminant dans la transformation qualitative des membres qui fréquentent l’Institution. Actuellement un enseignement qui prend en compte la petite enfance est dispensé en tenant compte de tous les moyens et techniques modernes pour un bon développement de l’esprit de l’enfant dans le respect des valeurs islamiques. Un enseignement arabo-islamique qui permet d’allier dans les meilleures conditions la mémorisation du saint Coran et sa calligraphie et l’apprentissage des sciences religieuses islamiques.

2- Pratiques Cultuelles et dévotionnelles :
La Daara est aussi dans sa vocation un lieu ou l’on observe tout le temps les pratiques cultuelles recommandées par DIEU et son Prophète (Le Coran et la Sunna).

C’est donc un cadre ou l’on vivifie de façon permanente les pratiques obligatoires, traditionnelles ou méritoires dans l’Islam.

Aujourd’hui, dans la Mosquée à l’intérieur du Complexe de HIZBUT-TARQIYYAH à TOUBA, les cinq prières rituelles marquées chacune par l’appel du muezzin, réunissent même des habitants des environs immédiats. Par ailleurs, des aréopages s’y adonnent quotidiennement à la récitation du Saint-Coran.

De nos jours, une mosquée d’une capacité d’accueil très importante est en cours d’édification. Cette bâtisse dont les travaux sont très avancés occupe une place imposante et fait face à une grande réserve dans sa partie Est, confirmant ainsi son caractère d’utilité publique. L’espace Mosquée est un lieu de prières ; mais il se compose également d’une bibliothèque et d’une medersa pour la formation et l’éducation des enfants.

Comme il est de coutume dans tous les centres d’éducation en milieu mouride, la psalmodie des panégyriques du Prophète (Paix et Salut sur Lui) à travers les écrits du Cheikh occupe une -place privilégiée dans les activités de la Daara.

Avec un conservatoire bien structuré, la formation des chantres de toutes les classes d’âges (pupilles, enfants, adolescents, adultes) a produit des résultats au-delà de toute attente.
Plusieurs équipes de concert se trouvant dans les cellules de HIZBUT-TARQIYYAH font aujourd’hui des prestations qui s’inscrivent dans le sillage des doyens d’âge formés sous les auspices du Cheikh.

Ce conservatoire s’est fixé un pari très ambitieux, notamment : la réhabilitation de toutes les mélodies authentiques psalmodiées par la première génération des doyens d’âge en présence du Cheikh.

3- Un Centre de recherche et de documentation qui a aboutit à l’Institut International d’Etudes et de Recherches sur le Mouridisme(IIERM)

Conformément à sa vocation de centre de Culture pour la promotion des valeurs de civilisation Islamiques, la Daara dispose d’une Bibliothèque dont le fond est très diversifié et on compte dans ses rayons une documentation très riche sur I’Islam et sur les sciences instrumentales.

A quoi s’ajoute une médiathèque diversifiée comprenant tous les supports, ce qui donne aux visiteurs un éventail de choix très large pour la consultation.
Cette riche documentation est disponible dans plusieurs langues, notamment le Français, l’Arabe, l’Anglais, le Wolof.

En ce qui concerne particulièrement la documentation sur le Mouridisme, des efforts considérables ont été consentis à telle enseigne que de nos jours, c’est devenu un lieu de convergence très fréquenté par les chercheurs, les étudiants, la presse nationale et internationale et des visiteurs d’origines diverses. C’est ainsi qu’en 2006, l’Institut International d’Etudes et de Recherches sur le Mouridisme a été mis sur pied. L’IIERM se veut un cadre hautement intellectuel de recherches et de convergence pour faire découvrir le Mouridisme et son fondateur.

Dans la documentation se rapportant au Mouridisme et son fondateur, une classification en fonction des sources permet d’orienter le chercheur qui veut disposer d’une bibliographie authentique.

Avec l’informatisation de son fichier, tous supports confondus, la Bibliothèque Centrale de Hizbut-Tarqiyyah confirme ainsi sa vocation de bibliothèque de consultation.

4 – Les structures techniques :

L’expérience en matière de construction bâtiment a démarré avec le premier chantier que l’honorable Khalife Serigne Abdoul Ahad Mbacké avait confié à la Daara en 1983 dans l’enceinte de Aïnou Rahmati “le Puits de la Miséricorde”.

HIZBUT-TARQIYYAH

Partager sur :
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *